Introduction générale
La grande partie des revenues des médias, notamment la presse écrite provient non pas de leur public, mais des
publicitaires, qui cherchent à vendre leurs produits à ce même public. De façon plus générale, les agences de
publicité ont une préférence marquée pour les médias qui anesthésient chez leur public le sens critique et favorise une passivité générale, plus favorable aux
ventes.
La grande partie des revenues des médias, notamment la presse écrite provient non pas de leur public, mais des
publicitaires, qui cherchent à vendre leurs produits à ce même public. De façon plus générale, les agences de
publicité ont une préférence marquée pour les médias qui anesthésient chez leur public le sens critique et favorise une passivité générale, plus favorable aux ventes.
Définitions 
Publicité
– On appelle publicité toute forme de communication non personnalisée utilisant un support payant, mise en place pour le compte d’un émetteur identifié en tant que tel. Elle met en jeu 2 principaux partenaires : les annonceurs et les médias.
Média :
– On appelle support tout vecteur de communication publicitaire (par exemple, le journal les Echos), et média l’ensemble des supports qui relèvent d’un même mode de communication (par exemple, la presse)
Presse écrite:
– La presse écrite désigne, d’une manière générale, l’ensemble des moyens de diffusion de l’information écrite, ce qui englobe les journaux quotidiens, les publications périodiques et les organismes professionnels liés à la diffusion de l’information.
Historique 
• 1633: impression des feuilles volantes reproduisant des renseignements sous le nom de « Feuilles du bureau d’adresses », ce sont les débuts des petites annonces.
• 1789 : Liberté de la presse, tous les journaux publient des annonces.
• 1868-1881 : La libéralisation de la presse (Le Petit Journal, Le Petit Parisien, le Journal, le Matin) qui publient notamment les romans des auteurs à succès. Historique (suite) Historique (suite)
• 1947 : La création de l’OJD (Office de justification de la diffusion) permet de normaliser les relations entre les vendeurs d’espace, les journaux, et les acheteurs, les annonceurs ou les agents, par l’établissement de tarifs fondés sur une réalité contrôlée de la diffusion.
• 1970-1990 : Au début des années 70 avec l’introduction de la publicité à la télévision, on assiste à une nouvelle répartition entre les supports. La presse va perdre du terrain jusqu’au milieu des années 1980.
La publicité et la presse
Presse; 36.71%
Télévision; 36.21%
Radio; 7.62%
Affichage; 12.04%
Cinéma; 1.10% Internet; 6.32%
Répartition des dépenses de communication entre les six grands médias
Presse  Télévision Radio Affichage Cinéma Internet
La publicité et la presse La publicité et la presse
• Les rapports entre la publicité et la presse sont de nature ambigus. La presse a besoin des ressources que lui apportent la publicité, et cette dernière de la presse pour diffuser ses messages.
• La publicité détient un avantage considérable face au support presse puisque son emprise n’est pas figée mais peut s’étendre sur bien d’autre supports. A l’inverse, la presse n’a guère en dehors de ses recettes de ventes, d’autres revenus que la publicité.
• Entre eux, il n’existe pas vraiment de solidarité, leurs fonctions sont trop différentes : l’une est au service de ses lecteurs, l’autre de ses annonceurs. Les intérêts sont trop divergents pour qu’il y ait une entente.

• La publicité doit respecter une règle d’or : « Se présenter comme telle, sans chercher à se camoufler en texte rédactionnel afin de déterminer clairement la frontière entre publicité et information. »
• D’autres règles plus contestables apparaissent comme « les emplacements de rigueur ». Ce sont les emplacements que l’annonceur a accepté de payer à un tarif plus élevé.
• La publicité dans la presse écrite marocaine
– Tarifs et formes de publicité dans la presse
– Comparatif des espaces consacrés à la publicité
– Presse gratuite Tarifs et formats

• La presse gratuite, dont les journaux
s’appellent communément des gratuits, est apparue à la fin du XXe siècle en Europe, venant rivaliser avec la presse payante et absorbant une partie notable du financement par la publicité. Ils sont gratuits pour le lecteur car totalement financés par la publicité et distribués ailleurs que sur les points de distribution traditionnels de la presse payante, les kiosques.
• La presse gratuite, dont les journaux s’appellent communément des gratuits, est apparue à la fin du XXe siècle en
Europe, venant rivaliser avec la presse payante et absorbant une partie notable du financement par la publicité. Ils sont gratuits pour le lecteur car totalement financés par la publicité et distribués ailleurs que sur les points de distribution traditionnels de la presse payante, les kiosques. Presse gratuite Presse gratuite Presse gratuite Presse gratuite
• Exemple de presse gratuite marocaine :
Aufait Maroc : un quotidien gratuit marocain créé en 2007, tiré à 50 000 exemplaires depuis 2009 et distribué sur
les plus grandes villes du royaume.
Conclusion 
Aujourd’hui, l’ascension de la publicité sur Internet et des gratuits inquiètent les entreprises de presse
qui craignent qu’une part de leurs recettes soit détournée au profit de ces nouveaux médias. Pensez- vous que l’avenir de la presse écrite marocaine est en danger?

 

Source :  https://www.doc-etudiant.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez vous à la Newsletter